Lipoaspiration versus Plastie abdominale

Par le Docteur Olivier CLAUDE.
Pourquoi associer ces deux techniques ? La technique de référence pour resculpter la silhouette reste la lipoaspiration. Il est cependant nécessaire d'y associer une plastie abdominale en cas de laxité cutanée importante ou de faiblesse de la paroi musculaire.

Ce sont deux chirurgiens français qui ont développé la lipoaspiration il y a près de 30 ans, le Docteur Illouz et le Docteur Fournier. De nombreuses machines de lipolyse laser, par ultrasons ou par radiofréquences nous sont aujourd'hui proposées. Certaines ont montré des résultats intéressants pour des zones très localisées. Ces machines représentent sans aucun doute l'avenir mais doivent aujourd'hui être plus considérées comme des appareils complétant l'action d'une lipoaspiration classique.

La lipoaspiration en effet reste grâce à des raffinements techniques récents la technique de référence pour la restauration de silhouette. L'utilisation de canules plus fines mais plus efficaces associée à un travail circonférentiel permet d'obtenir un résultat harmonieux en assurant une rétraction cutanée centripète. Il est important de rappeler que la lipoaspiration permet de supprimer définitivement les stéatoméries. Les stéatoméries représentent les surcharges graisseuses profondes et localisées qui ne disparaissent pas malgré un régime alimentaire ou l'exercice physique

La lipoaspiration peut s'appliquer ainsi à un grand nombre de région : la culotte de cheval, les hanches, l'abdomen, les cuisses, les genoux, les mollets, les chevilles ou encore les bras. Les améliorations techniques permettent également aujourd'hui de traiter avec précision le visage et le cou (angle cervico-mentonnier, bajoue…). Le principe de la lipoaspiration est d'introduire par de petites incisions (3 à 4 mm), des canules à bout arrondi, qui aspirent les globules graisseux mais respectent les autres tissus. La réalisation de multiples tunnels de la superficie vers la profondeur permet une aspiration harmonieuse des cellules graisseuses en excès. Ces adipocytes n'ayant pas la faculté de se multiplier, il n'y aura ainsi pas de récidive. Les dernières générations de canules permettent d'effectuer des lipoaspirations superficielles respectant a peau sus-jacente. Elles permettent même d'améliorer l'aspect cutané par la rétraction centripète générée. Ces améliorations techniques ont permis d'étendre considérablement les indications. Cependant la lipoaspiration devra toujours être considérée comme une véritable intervention chirurgicale à réaliser dans les meilleures conditions de sécurité.

En cas de laxite cutanée important, il faudra associer une plastie abdominale.

Il est parfois nécessaire d'effectuer une plastie abdominale en cas de laxité cutanée importante ou s'il existe une faiblesse musculaire associée. Cette intervention permet de supprimer la peau vieillie située entre l'ombilic et les poils du pubis. Les nouvelles techniques associent dans le même temps une lipoaspiration qui permet de diminuer la taille des cicatrices et de rendre les suites opératoires beaucoup plus simples qu'auparavant. On effectue également très souvent une réparation de la sangle abdominale en rapprochant par une solide suture les bords antérieurs des muscles droits de l'abdomen.

C'est la classique cure de diastasis qui permettra d'obtenir un ventre plat et de redéfinir la région de la taille comme pourrait le faire un corset. La peau située entre l'ombilic et le thorax est liftée comme un rideau de théâtre vers la région du pubis. On réalise une fenêtre dans cette peau abaissée pour extérioriser l'ombilic qui retrouve ainsi sa place initiale. Au final il existe une cicatrice située juste au-dessus des poils du pubis semblable à celle d'une césarienne horizontale qui sera donc discrète car dissimulable dans les sous-vêtements ou les maillots de bain. La plastie abdominale nécessite entre 1H00 et 2H30 d'intervention en moyenne suivant les gestes envisagés et la morphologie du patient. Elle est réalisée sous anesthésie générale et nécessite 1 à 2 nuits d'hospitalisation.

LIFTING ET LIPOASPIRATION AVEC LE BODYLIFT

Lors de perte de poids importante, une plastie abdominale circulaire ou bodylift peut s'avérer nécessaire afin de traiter en un seul temps les faces antérieures, latérales et postérieures. Une plastie abdominale classique ne traiterait en effet qu'un quart du problème et ne restaurerait pas harmonieusement la silhouette. Le bodylift au contraire traitera en plus de la région abdominale et du pubis, la région latérale en restaurant au mieux la définition de la taille et de la face externe de cuisse avec la culotte de cheval. Le bodylift traitera également la partie postérieure en liftant les fesses et la région inférieure du dos. Une amélioration du galbe des fesses peut également être effectuée dans le même temps en utilisant des transferts autologues (greffes graisseuses ou lambeau dermo-graisseux) et grâce à la lipoaspiration qui redéfinit les régions voisines comme la chute de rein et la partie postéro-supérieure des cuisses. Le bodylift combine ainsi les techniques de lifting et de lipoaspiration pour obtenir une restauration harmonieuse et circonférentielle de toute la région de la ceinture. La cicatrice sera circulaire mais discrète car située sous la partie supérieure du bikini en restant à l'abri des regards. La position de la cicatrice sera déterminée très précisément avant l'intervention en fonction des sous vêtements et maillots de bain que le patient souhaite porter ultérieurement. La restauration de la silhouette obtenue après bodylift étant très nettement supérieure à celle obtenue après les techniques classiques, cette procédure est devenue, notamment aux États-Unis, l'intervention de référence après les pertes de poids massive. Cette chirurgie est ainsi devenue bien codifiée et permet aujourd'hui de corriger également le relâchement cutané lié au vieillissement ou aux grossesses. Elle est de plus en plus demandée par nos patients qui sont aujourd'hui mieux informés sur les évolutions techniques.

Article publié dans le numero 6 de www.anti-age-magazine.com

Article original